Tournoi des VI NationsLe rugby français a encore une occasion en or de montrer son niveau de qualité du jeu ce weekend, a l’entame de cette édition 2014 du Tournoi des VI nations, lors d’une confrontation de haute facture contre l’équipe nationale d’Angleterre. Le Stade de France accueillera cette rencontre qui n’est pas la première de l’histoire du rugby français, puisque le 7 février 1998 déjà, avait lieu dans ce même stade, un match époustouflant qui s’était soldé par la victoire de l’équipe de France 24-17.

Pour ce match qui s’annonce sensationnel, on compte évidemment sur les prouesses collectives mais aussi individuelles des rugbymen français. Et l’une des gloires de cette équipe Raphaël ibañez, qui est l’un des joueurs qui a affiche sur son compteur, 98 sélections en équipe de France donne son avis sur cette rencontre où il espère voir ses jeunes camarades faire une prestation honorable. On l’a également vu porter le brassard à 41 fois durant sa longue expérience. Il est considéré comme l’une des personnalités les plus crédibles de la planète de l’ovalie en France. Pièce maîtresse de l’équipe en son temps, il livre pour ce match, ses attentes et même donne des conseils aux joueurs de l’équipe de France. Pourquoi ne pas prêter attention à ce qu’il dit, puisque le rugby anglais n’a pas de secret pour lui. En effet, on l’a vu porter les couleurs des London Wasps  et aussi des Saracens deux équipes bien connues du public.

Raphaël ibañez estime que pour cette rencontre, les Français ne doivent en aucun cas se comporter en victime résignée, et que ces derniers devraient même se servir de l’exemple des Irlandais, dont l’équipe de rugby a mis à rude épreuve la toute-puissante Nouvelle-Zélande. Comme pour dire qu’il n’existe plus de petit pays du rugby, surtout lorsqu’on se lance dans la course vers un prestigieux titre, tel le trophée du tournoi des VI nations.

L’équipe de France de rugby sort d’une année de douleur, sur le plan des résultats, pas grand-chose à montrer. Beaucoup de remous au sein de la sélection, et aucun titre gagné. Or la prochaine coupe du monde de rugby a lieu en 2015, et il n’est pas question que les bleus s’y rendent en outsiders. Un tournoi comme celui qui débute ce samedi, est une belle manière de jauger le niveau de l’équipe, afin de mieux huiler la machine.

Dans cette compétition, la France est classée dans la poule où figurent l’Italie et l’Irlande. L’équipe d’Italie est également entrain de renaitre de ses cendres, et donc est un bon morceau à croquer. Cette compétition devrait être abordée dans toute la sérénité du monde, et la première chose à faire consiste à faire table-rase du passé et se concentrer vers les nouveaux défis à venir.

Avec un public totalement acquis à leur cause, il serait dommage pour les rugbymen français d’essuyer une défaite lors de ce match d’ouverture, car la déception serait au paroxysme. Pour redorer son blason, l’équipe des bleus et son entraineur, doivent implémenter une tactique de jeu qui soit capable de mettre en difficulté les adversaires.

TOUT LE TOURNOI DES VI NATIONS EN DIRECT VOUS ATTEND ICI

Coupe du monde de rugby a XIIILe rugby en général est un sport passionnant au vu des acteurs en place. Et c’est pour cela que les joueurs de cette discipline sportive sont devenus au fil du temps des stars soit par leurs prouesses sur les aires de jeu soit par leur comportement. Le néo zélandais Sonny Bill Williams en fait partie. L’une des plus gosses particularités qui met ce dernier au devant de la scène, c’est sans doute le fait qu’il ait passé du rugby à XIII au rugby à XV avant de rentrer sur sa discipline de prédilection. Et le fait marquant de ces derniers jours reste la sélection du Bad boy australien pour la prochaine coupe du monde de rugby à XIII qui se déroulera en Grande Bretagne du 26 octobre au 30 novembre 2013.

Sonny Bill Williams reste à ce jour l’un des rares joueurs de rugby à avoir presque tout gagné dans leur carrière. En 2011, il a participé à l’expédition victorieuse des All Blacks à la coupe du monde rugby à Xv en 2011. En 2012, il a été la clé de voûte lors du sacre final des Chiefs dans la Super XV. Par ailleurs, il vient tout juste d’être vainqueur de la NRL à savoir le championnat du rugby à XIII australien avec la non moins impressionnante équipe des Sydney Rooters. Grâce à sa carrière de boxeur qu’il mène en parallèle, le stratège australien avait émis quelques temps avant des doutes quant à sa participation à la prochaine coupe du monde de rugby à XIII.

Le sélectionneur de la Nouvelle Zélande en la personne de Stephen Kearney avait tout d’abord vu son invitation déclinée par la star mondiale de rugby pour des raisons que les fans du rugby à XIII ignorent jusqu’à ce jour. Certains ont même estimé que Sonny Bill Williams veut déjà consacré la majeure partie de son temps dans la boxe. C’est ainsi qu’après un bon moment de réflexion, le joueur est revenu sur sa décision et a annoncé lui même qu’il est prêt à revêtir le maillot des Kiwis afin de porter une main forte à la jeune génération.

Malgré tout ce cafouillage, l’expérimenté entraineur de l’équipe de rugby à XIII n’a pas tardé de mettre de côté Tohu Harris pour intégrer la star mondiale dans le groupe qui est appelé à participer à la prochaine coupe du monde de rugby à XIII. Sonny Bill Williams partage tout de même la douleur de la non participation que vit le jeune Harris. Les supporters espèrent vivement que son retour sera productif et pourra permettre au pays de glaner un énième titre mondial. Pour lui, c’est un nouveau challenge car il compte devenir champion du monde et écrire une nouvelle page en or de l’histoire du rugby mondial. De ce fait, tous les amateurs du rugby à XIII sont déjà mobilisés et attendent de plein pied Sonny Bill Williams lors de la prochaine coupe du monde de rugby à XIII en Grande Bretagne. Vivement qu’il ne change pas d’avis entre temps.

POUR NE RIEN MANQUER DE LA COUPE DU MONDE DE RUGBY A XIII, ABONNEZ-VOUS DES MAINTENANT !

Rugby en direct Four NationsLa célèbre compétition de rugby à laquelle toutes les grandes nations adeptes de l’ovalie veulent à tout prix participer est sans doute le Four Nations. Cette année encore, le tournoi a fait connaître des moments de tensions mais aussi de joie intense, à voir l’engouement avec lequel les supporters se sont mobilisés pour participer à l’événement. Mais en 2013, la grande curiosité a bel et bien été l’équipe d’Argentine, les « Pumas », qui venus en grands conquérants sont repartis derniers, on pourrait dire comme à l’accoutumée.

La totale a eu lieu ce 06 octobre, face aux Wallabies d’Australie. Si les observateurs n’ont pas été surpris de cette défaite mythique, le spectateur lambda pourrait se poser la question de savoir si les Pumas ne sont pas malchanceux par hasard ? Cette question vaut son pesant d’or, parce qu’on s’est vite rendu compte qu’en 6 rencontres au cours de cette compétition et depuis sa création, l’équipe d’Argentine n’a jamais réussi à vaincre les Wallabies.

La sixième défaite 54 contre 17 le démontre à suffisance. Mais il ne faut pas se leurrer. L’Argentine a été transparente sur le terrain et lorsqu’on sait la qualité approximative de jeu des Wallabies, on comprend rapidement que cette équipe des Pumas a vraiment beaucoup de choses à régler avant de prétendre se lancer dans une compétition de cette trame.

Le Four Nations 2013 n’a pas vu l’Argentine prendre le dessus sur la moindre équipe. Toutes l’ont battue sur tapis vert, que ce soit la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud ou l’Australie.

On peut tout simplement assimiler la participation de l’équipe d’Argentine à une ballade, lors de ce Four Nation 2013. Le match contre l’Australie a mis à nu le déficit criard de collectivité, de technicité et même de vivacité dans le jeu. Même le fait de jouer sur leur pelouse de Rosario n’a rien fait pour leur donner un regain d’audace. Un festival d’essais de la part des Wallabies, huit au total durant le match.

A l’entame de la rencontre et plus précisément à la deuxième minute, l’arrière Folau a montré le chemin en valorisant son premier essai. Impossible de passer devant le nom de ce joueur fantastique sans apprécier ses qualités. Lui seul a réussi trois essais sur huit, les deux autres à la trente cinquième  et à la quarante deuxième minute. Il a été accompagner dans cette fête par ses coéquipiers, Ashley-Cooper à la 33ème minute, la 74ème minute a vu Robinson et Tomane monter à l’assaut, tandis que Foley a clos le débat à la 79ème minute.

Pourtant il serait malhonnête de ne pas reconnaître certaines individualités au sein de cette équipe des Pumas. Au premier chef, on peut citer son trois-quarts centre Bosch qui a fait une bonne prestation en réussissant un essai à la 37ème minute. De même, Landajo le demi mêlée lui aussi a fait retentir la poudrière à la 49ème minute, sauvant ainsi l’honneur de toute un pays en difficulté.

L’on serait tenté d’attribuer ce manque de réalisme des Pumas à leur petite expérience qui n’est que de deux ans dans cette compétition, mais les espoirs des fans de cette équipe sont justement qu’elle fasse bonne impression à l’édition de 2014.

TOUT LE RUGBY EN DIRECT C’EST SUR CE SITE !

Tags : four nationsrugby en direct

rugby en directL’Amlin Cup a débuté ce jeudi 10 octobre 2013 avec  des résultats sans aucune surprise lors des 3 premières rencontres qui se sont déroulées  sur le sol européen. Les équipes de renom se sont efforcées de garder tout le bien que l’on a toujours pensé d’elles à l’instar du Stade français. On attend vraiment la réaction des nouveaux venus dans la compétition. Les clubs français ont connu des résultats mi figue mi raisin. C’est ainsi que le club de Biarritz s’est effondré devant la non moins redoutable équipe de Sale par un score de 33 à 10 alors que le Stade français a balayé la jeune formation portugaise des Lusitanos XV de Lisbonne.

Le Stade français ne se fait pas prié pour cueillir à froid les inexpérimentés portugais dès la 4e minute grâce à un essai parfaitement réussi par les coéquipiers de Julien Arias.  Par la suite, les français vont réussir une bonne série de 8 essais pour aspirer toute velléité offensive de la part des joueurs de Lisbonne. Entre temps, Pedro Cabal avait déjà créé une forte sensation en marquant une pénalité à la 40e minute. Il faut toutefois signaler la grosse performance du jeune ailier Jérôme Porical qui n’ a pas manqué la chance qui lui a été donné pour inscrire un doublé. Au classement général, les parisiens occupent déjà la première place et on voit mal comment ils ne feront pas d’une bouchée leurs prochains adversaires qui sont les britanniques de London Irish et les italiens de Prato.

Par contre, le Biarritz rugby club continue sa descente aux enfers pour cette année 2013. Les Biarrots connaissent la pire saison de leur histoire que ce soit en coupe d’Europe ou encore du Top 14. Alors même que les coéquipiers de Van Staden sont derniers au championnat de France de rugby, ils viennent de subir leur 9e défaite de la saison en Amlin Cup face aux anglais de Sale. Les langues commencent à se délier sur les performances de ce club. Le vainqueur en titre de l’Amlin Cup ne pourra pas surement signer un 2e titre d’affilée. Les Basques n’ont pu résister que pendant les 10 premières minutes de la rencontre avant de se faire marcher dessus par les Sharks. Joe Ford  a été l’homme du déclic de la victoire des Anglais en réalisant deux transformations et deux pénalités. La question qui se pose est alors de savoir si les français pourront relever la tête lors des prochaines sorties contre Worcester et Oyonnax.

Dans la dernière rencontre qui opposait deux clubs français entre Grenoble et Bayonne, le  suspens n’a pas duré longtemps puisque les coéquipiers de Christophe Deyland menaient  déjà au score à la pause par un score sans appel de 23 à 6. On comprend dès lors pourquoi le score final  a été en la faveur de ces derniers. Grâce à leurs quatre essais et un bonus, les poulains de Christophe Lanta ont carrément dominé la rencontre sans bavure.  Le rendez-vous est pris pour les prochains matchs qui verront les deux clubs français affronter l’adversité  contre Viadana et London Wasps.

FAN DE RUGBY ? REGARDEZ LE RUGBY EN DIRECT SUR NOTRE SITE !

Tags : rugby en direct

Rugby à VIIDepuis l’annonce de la présence du rugby à VII lors des prochains jeux olympiques de 2016 à Rio De Janeiro, le développement de ce sport est devenu une nécessité. Il revient à constater que la grande ferveur se manifeste autour de cette information d’autant plus que le rugby reste un sport très peu pratiqué dans le monde et surtout dans le pays organisateur où  le football reste et demeure le sport roi. Ainsi, le bidonville de Rocihna a servi de cadre pour faire découvrir le ballon ovale à une bonne brochette de jeunes. Les initiateurs ne sont en outre que le capitaine de l’équipe d’Angleterre de rugby à VII en la personne de Phillips Ollie et de son homologue brésilien qui n’est que Fernando  Portugal. Tout ceci a eu lieu sous l’œil vigilant de l’entraineur de l’équipe nationale de rugby du Brésil à savoir Justin Thomycroft.

La motivation d’une telle opération est la pratique récurrente de ce sport dans les plages brésiliennes. Les organisateurs de cette campagne de charme estiment que le rugby est aussi un sport de passion pour les populations du Brésil. Thomycroft  est sans doute l’une des personnes qui ont fait resurgir cette discipline sportive à travers la résurrection du Rio Rugby Club. En plus, ils espèrent ravir la vedette  à certaines disciplines sportives telles que le football, le volley et le basket qui sont répandues sur toute l’étendue du territoire. Les observateurs avertis reconnaissent que le pays compte déjà un peu plus de 10 000 licenciés en ce qui concerne le rugby de manière générale.

Le championnat de rugby national se réjouit de contenir au moins 10 clubs même s’il reste encore une affaire des grandes villes. Bien plus, les médias accordent déjà un intérêt dans la pratique de cette discipline sportive. Seulement, les acteurs font face à un manque criard d’infrastructures qui ne permettent pas aux uns et aux autres de s’exprimer. Beaucoup de fans souhaitent que l’organisation des Jeux Olympiques va sonner le déclic du rugby. Si l’on s’en tient aux propos de Phillips Ollie, les JO seront certainement une aubaine pour les précurseurs de la discipline sportive.

La ville de Rio De Janeiro constitue sans doute le meilleur choix pour valoriser cette discipline à travers le monde et plus particulièrement au pays de la Samba. Et  bien c’est pourquoi Jonathan Mier ne s’est pas retenu pour faire des déclarations allant dans le sens de la promotion de ce sport. Le jeune joueur compte sur cette expédition pour profiter des nouvelles installations qui seront prévues pour les Jeux Olympiques de 2016. Les plages doivent cesser d’être le les seuls lieux de pratique du rugby. Il est de ce fait temps de faire réellement la promotion de ce sport même si les brésiliens restent encore sceptiques. De toutes les façons, les fans s’accordent à dire que le chemin vers la popularité est encore trop long au Brésil. Pour faire bref, le capitaine anglais a été très ravi de se retrouver aux côtés de Justin Thomycroft pour développer le rugby au Brésil.

REGARDEZ LE RUGBY A VII EN DIRECT EN VOUS INSCRIVANT ICI !

Tags : Rugby à 7rugby a VII

Coupe d’Europe de rugby : Castres bat Northampton

Le 16 octobre 2013, dans News rugby, par Rugby Live

Rugby en directA la simple vue de l’affiche Castres Olympique VS Northampton, tous ceux qui suivent l’actualité de l’ovalie s’attendaient à un match de gros calibre, si l’on s’en tient à la forme et surtout aux potentialités actuelles de ces deux équipes.

L’on peut croire lorsqu’on jette un coup d’œil sur les compositions des poules des coupes d’Europe précédentes que les sorts de ces deux équipes sont liés. Voilà quatre ans déjà que ça dure. Les Saints de Northampton se retrouvent consécutivement dans la même poule que Castres Olympique, avec un total de quatre victoires au compteur des Saints, contre deux victoires pour Castres.

Pour ce qui est de leurs positions diverses dans leur classement, on remarque bien que Northampton occupe la deuxième place du championnat, devancé par les Saracens. Les Saints ont d’ailleurs été vainqueurs de l’édition de la coupe d’Europe de 2000 et finaliste en 2011. Quant à Castres Olympique, il est vainqueur du championnat de l’an dernier.

La rencontre de ce 12 octobre a montré deux équipes avec une qualité de jeu exceptionnelle. Si les Saints sont venus avec un certain ascendant lié à leur position confortable de favori, c’était sans compter sur la hargne des joueurs de Castres Olympique, qui étaient parés à toute éventualité.

Le match qui a commencé a maintenu les supporters et nombreux fans en haleine, car dès l’entame de la partie, l’on a assisté à un combat de titans sur la pelouse du stade Pierre-Antoine, plein à craquer. Castres a subi les assauts répétés de Northampton, mais sans jamais plier. La preuve : il manque une douzaine de minutes avant la fin du match, et on assiste à une rencontre surchauffé. L’arbitre a failli donner un carton jaune à quelques encablures des poteaux de Castres. L’artificier de cette équipe des Saints, Stephen Myler, profite d’un moment de relâchement pour fendre la défense adverse et transformer un but de pénalité suite à une faute au sol, exactement à la 70ème minute et le score est de 16 contre 13 en faveur de Castres. L’intrépide Kockott de la valeureuse équipe de Castres a clos le débat, en marquant 3 points supplémentaires, nous sommes à la 73ème minute.

La révélation de cette rencontre n’est rien d’autre que Romain Martial, qui a su barrer énergiquement la voie à la domination des Saints sur son côté qu’il a maintenu inviolé. L’on a vu cet ailier intercepter à plus de 85 m et aller marquer dans le camp adverse. Les spectateurs ont pu remarquer sa vitesse de jeu. Il a été sacré homme du match. Ce sont des moments de grandes émotions qu’ont vécu les fans de l’ovalie. Un exemple d’endurance et surtout de tempérance dans le jeu.

Par cette victoire, les craintes de Diarra, le troisième ligne aile de cette équipe de Castres ont été estompées car il n’a pas manqué de dire quelques jours plutôt qu’une défaite à domicile était synonyme de mort. Castres prend une sérieuse longueur d’onde sur son rival de la poule, et peut attendre la suite de la compétition dans la sérénité.

TOUT LE RUGBY EN DIRECT, C’EST ICI !

Coupe du monde de rugby à XIIICe sera bientôt le début de la coupe du monde de rugby à XIII et la sélection de l’équipe de France affiche complet pour cet événement d’envergure mondiale qui se tiendra dans un mois. L’encadrer des tricolores évaluent un temps soit peu le niveau de ses poulains et pense d’avance que son équipe mérite au moins une place en quarts de finale. La tâche ne sera pas forcément facile pour les Bleus même si ces derniers affichent une certaine confiance et promettent à leurs supporters une place honorable lors de cette grande messe du rugby à XIII. Le nouvel entraineur des Bleus en la personne de Richard Agar semble très confiant au vu des ambitions qu’il nourrit pour cette coupe du monde qui se tiendra de manière exacte à partir du 26 octobre jusqu’au 30 novembre.

La grosse particularité de cette édition réside dans le fait que les matchs se dérouleront en Grande Bretagne et en France bien que le pays organisateur soit l’Angleterre. Les Bleus ont de ce fait la chance de dérouler le rugby champagne que l’on leur connait tous ces derniers temps et surtout qu’ils vont disputer deux de leurs trois matchs des phases de qualification devant leur chaud et bouillant public. Les deux rencontres auront de ce fait lieu à Avignon le 1er novembre et le 11 novembre à Perpignan. Comment les talentueux joueurs français ne pourront pas alors se débarrasser des champions en titre sur leurs propres installations ? On comprend dès lors pourquoi le nouvel entraineur anglais des Tricolores s’est déjà dévoilé en publiant la liste des joueurs sélectionnés pour cette compétition. Il a en même temps fixé ses objectifs pour la prochaine coupe du monde.

Malgré le fait que l’entraineur né pas encore eu assez de temps à la tête de cette équipe, il reconnait fort heureusement qu’il connait le volume de jeu de la majorité des joueurs français puisqu’il a eu à affronter ceux de Dragon en Super League. Point n’est plus besoin de s’interroger sur la présence massive de 15 joueurs des Dragons dans l’effectif retenu pour cette fête mondiale du rugby à XIII. Richard pourra de ce fait compter sur l’expérience du joueur de Dragons en la personne de Kevin Larroyer et surtout il espère tirer profit des conseils de ses assistants que sont Steve Deakin et Jérôme Guisset.

L’heure est alors venue pour le sélectionneur d’injecter à ses poulains l’esprit de gagne pour enfin mettre un terme aux polémiques de toute sorte. Seulement, il est important de signaler que tous les joueurs connaissent une fin de saison quelque peu harassante et il ne faudrait pas faire une confusion entre la préparation et la récupération.  En ce qui concerne les acolytes de l’équipe de France, il va falloir faire attention à la Papouasie Nouvelle Guinée qui a pratiquement fait du rugby à XIII une religion. En dernière analyse, l’encadrement technique ne cache pas ses ambitions de qualification pour les quarts de finale d’abord avant de projeter un regard sur la suite de la compétition puisque l’appétit vient en mangeant.

REGARDEZ LA COUPE DU MONDE DE RUGBY A XIII EN VOUS ABONNANT ICI !

Rugby à XVLa coupe d’Europe des clubs de rugby à XV vient de connaitre un coup légendaire depuis sa création dans les années 1996. Il s’agit bel et bien de la sécession que va très bientôt connaitre cette prestigieuse compétition. Du moins, les clubs français et les clubs anglais ont décidé dimanche dernier de créer une autre coupe à savoir la Rugby Champions Cup afin de rompre avec les traditionnelles coupes européennes que sont Heineken Cup et Amlin Challenge Cup. Ces deux différentes ligues n’ont pas obtenu des réponses favorables à leurs revendications liées à la refonte totale de la compétition. Toutes choses qui les ont amenées à se séparer du gestionnaire de la défunte coupe d’Europe à savoir la société commerciale ERC qui s’est enrichi davantage sur le dos des ligues et des fédérations. L’objet de cette scission reste sans doute le refus par les organisateurs de réduire le nombre de clubs engagés dans cette compétition.

Engagées depuis un peu plus d’un an et plus précisément en 2012, les négociations ont connu ces derniers jours une accélération à nulle autre pareille pour la simple raison que la ligue anglaise a réussi à signé un juteux contrat.  Le nouveau contrat reliant la ligue anglaise à l’opérateur BT s’évalue à un peu plus de 100 millions de livres, un montant qui est sans équivoque au dessus de la signature de l’ERC avec Sky pour seulement un montant évalué à 70 millions de livres. Seulement, les clubs anglais et les clubs français ont choisi de claquer la porte au moment même où la société commerciale a choisi il y a de cela quelques jours de mettre sur pied une médiation qui pourra amener les deux parties à fumer le calumet de la paix.

Les clubs français et les clubs anglais ont eu ce mérite dans le passé d’apporter des changements dans la gestion ou mieux le déroulement de la coupe d’Europe des clubs de rugby. Tel fut par exemple le cas en 1999 où ces mêmes clubs voulaient à tout prix et sur tous les prix bénéficier des actions de la société qui gère la plus prestigieuse compétition des clubs d’Europe. Ces clubs veulent bien faire valoir leur notoriété d’autant plus qu’ils représentent le poids lourd du rugby dans l’échiquier continental. Durant cette période, il faut noter que les clubs anglais avaient refusé alors de prendre part aux différentes rencontres organisées pour cette édition.

En tout cas, l’annonce de cette rupture ne laisse personne indifférent si tant est que les amateurs du rugby sont restés pantois et c’est peut être le rugby européen qui prend un sérieux coup de massue. Sans doute, les organisateurs de la coupe d’Europe ont dès à présent une certaine obligation de relancer la médiation pour ramener les initiateurs du boycott à des meilleurs sentiments même s’il se fait déjà trop tard. Il faut bien admettre que les nations de la ligue celtique sont encore en contact direct avec les clubs des ligues anglaise et française. Donnons-nous encore un peu de temps et observons la situation.

TOUT LE RUGBY A XV EN DIRECT, C’EST SUR CE SITE !

Tags : rugby 15rugby à XV

Rugby à XV : les Bleus sont de retour

Le 2 octobre 2013, dans Rugby à XV, par Rugby Live

Rugby à XVL’équipe de France de rugby à XV a choisi leur camp d’entrainement du Centre national de rugby de Marcoussis pour se lancer à la préparation des prochaines échéances. Ce regroupement a pour objectif de mieux asseoir la tactique offensive des hommes de Philippe Saint André à la prochaine tournée d’automne qui va les opposer tour à tour à la Nouvelle Zélande, à Tonga et à l’Afrique du sud. L’entraineur des Bleus engage par conséquent un sprint afin d’effacer la mauvaise prestation de la période estivale où le rugby français a passé l’un des pires moments de son histoire. Il faut noter en filigrane que c’est l’un des deux stages que l’encadreur français a bien voulu offrir à ses poulains afin de mettre sur pied un système de jeu efficace basé sans doute sur l’offensive.

L’entraineur des Tricolores en la personne de Philippe Saint André a cette chance qu’aucun de ses prédécesseurs avait eu auparavant à savoir : regrouper les joueurs pour un stage de trois jours en pleine saison. Il est question pour les uns et les autres de peaufiner les différentes stratégies mises en œuvre depuis fort longtemps pour que le rugby français se hisse sur le toit du monde. C’est la raison pour laquelle le staff technique n’a pas manqué de faire appel à une trentaine de joueurs internationaux dans la mesure où les Bleus ont besoin de créer une certaine symbiose au sein de leur groupe. La logique du coach est d’amener ses enfants à se mettre davantage ensemble pour mettre des choses en place. Le programme du stage prévoit en quelque sorte trois ateliers à savoir des entretiens individuels, les vidéos et surtout phases de jeu liées à la tactique.

De toute façon, l’encadrement technique a mis en place un programme qui ne doit assurément pas fatiguer les joueurs dont la fin de semaine s’annonce surchargée avec les matchs de la 8e journée du Top 14.  En date du 9 novembre, l’équipe de France sera face à la Nouvelle Zélande avant de connaitre une rencontre que les observateurs qualifient de match facile le 16 novembre face à Tonga. Pour certains, ce sera le match le plus dégagé avant de se mesurer à la non moins impressionnante équipe des Springboks d’Afrique du sud. Les coéquipiers de Dusautoir se préparent déjà pour laver l’affront de l’été.

Les joueurs français sont de ce fait soumis à deux séances de travail par jour tout en évitant les charges physiques. La fin de ce stage annonce la dernière ligne droite de la préparation de la future coupe du monde de rugby à XV. C’est dire que le deuxième stage sera fortement couru par les différents acteurs. Ce qui est sûr et certain, la majorité des Bleus présents lors de ce stage auront la chance d’être de nouveau appelés au sein de ce groupe durant le mois d’octobre. Et bien voilà une belle occasion pour Philippe Saint André et ses poulains de chasser le doute qui plane sur les esprits des fans du rugby français.

VOUS AUSSI VOUS ETES FAN DE RUGBY A XV ? INSCRIVEZ-VOUS AUJOURD’HUI SUR CE SITE POUR REGARDER LE RUGBY A XV EN DIRECT

Tags : rugby à XV

Le drame du dopage sournois dans le rugby en France

Le 2 octobre 2013, dans News rugby, par Rugby Live

Rugby en liveCes derniers temps, tous ceux qui suivent l’actualité du rugby en France ont du être épouvantés par la horde de déclaration bouleversante que certains joueurs et même des dirigeants jusqu’ici respectés de ce sport balancent dans les médias. Il s’agit pour le cas présent, des remous qui dégagent une forte odeur de dopage dans le rugby en France.  La problématique est désormais sur les lèvres de plusieurs personnes, depuis que les photos de deux figurent emblématiques de ce sport ont été expressément affichées à côté de celle de Craig Joubert, un arbitre de rugby lui même controversé. Il s’agit plus précisément des photos de Laurent Bénézech et de Françoise Lasne. Le motif de cet affichage qui n’est certainement pas une manière de reconnaître un mérite quelconque à ces deux là, est tout simplement le fait qu’ils aient ébruités des soupçons de dopage au sein du mouvement de l’ovalie en France.

Il a suffit que Françoise Lasne mette sur la place publique les données de l’Agence française de lutte contre le dopage, dans lesquelles le rugby arrivait justement au premier rang des sports les plus infestés par ce fléau. Quant à Laurent Bénézech, il a dit du haut de sa posture d’ancien international, qu’il y avait des raisons de s’inquiéter de l’ampleur que le dopage prend en milieu sportif en général, et dans le rugby en particulier.

Selon Françoise Lasne, une certaine complicité est entretenue dans le milieu du rugby, notamment par les organes en charge de ce sport. Presque tous les clubs lui donnent le champ libre, à travers ce qu’ils appellent « autorisations d’usage à des fins thérapeutiques ».  Pour cette dernière, le mutisme des dirigeants de l’ovalie en France fait penser à ce qui est arrivé au cyclisme avant que l’affaire festina n’éclate au grand jour. Tout porte à croire aujourd’hui que le dopage soit organisé de manière quasi régulière au sein de ce mouvement sportif.

La contribution des médecins est très controversée dans cette affaire, car ce sont ces derniers qui donnent ces autorisations d’usages à des fins thérapeutiques vers lesquelles tous les joueurs accourent inlassablement. Pas besoin de trop réfléchir pour se rendre compte qu’en réalité, ces autorisations ont pour but premier une recherche de plus de performance chez les joueurs, et non un traitre usage à des fins « thérapeutiques ».

Rapidement, les critiques se sont élevées pour fustiger non pas l’acte de Françoise Lasne mais la qualité de sa démarche. Pour certains, elle n’a pas été assez professionnelle, parce qu’elle aurait accusé sans pourtant l’avoir cité, un joueur que la quasi-totalité d’observateurs avertis n’ont pas mis du temps à reconnaître, tellement les faits étaient flagrants. Ce joueur n’est rein d’autre François Camillo, ce joueur qui évolue à Bayonne. Ce qui est très étonnant dans l’affaire, c’est l’attitude de victimisation que la fédération affiche, par la voix de Christian Bagate son responsable des questions d’antidopage. Ce dernier se confond dans des théories difficilement défendables, dont la dernière en date fait état d’un délit de faciès chez les joueurs qui ont été identifiés comme les as du dopage.

TOUT LE RUGBY EN LIVE, C’EST ICI !

Tags : Rugby Live